Logo-Eleve-toi

L'hebdo pour t'élever avec les enfants !

Bonjour à toi !,

Voici ma sixième lettre hebdomadaire pour ceux qui ont envie de s'élever avec les enfants ! Bonne lecture !

Sommaire

Je m'élève avec les enfants

1. Comprendre les besoins des enfants : se sentir reconnu dans son vécu
2. Améliorer sa posture : se mettre à sa hauteur
3. Se ressourcer : danser
4. Évoluer, guérir ses blessures : dire non en paix


J'élève mon instit : la conjugaison simplifiée

Des suggestions : un film, un livre, une méditation

J'élève mon alimentation : les indispensables pour les enfants

IMG_1705

Je m'élève avec les enfants

1. Comprendre les besoins des enfants : se sentir reconnu dans son vécu


Quoi qu'il vive l'enfant a besoin d'être reconnu.e dans ce qu'il vit.
Autrement dit, il a besoin que l'on approuve ce qu'il vit.

D'abord, dire oui !

Cela lui permet d'être en confiance avec l'adulte et en confiance avec lui-même.

Si l'adulte dit "c'est pas grave" alors qu'il a mal, l'enfant apprend à ne plus avoir confiance en ce qu'il ressent.

Il ne s'agit ni de minimiser ni de dramatiser.
Appuyons sur "chut !" pour les "c’est pas grave" autant que pour les "oh mon pauvre chéri !".
Nous pouvons déjà accueillir physiquement, en étant en présence et en offrant nos bras si l'enfant le souhaite.
Si nous parlons, contentons nous d'approuver ce qu'il vit. "Tu t'es fait mal aux pieds".

C'est tout bête mais ça change tout !

Encore plus pour les cas, où nous disons non par la suite. D'abord j'approuve ce dont il a envie et ensuite, si cela me semble pertinent, je dis non.
J'approuve : "Tu as envie de manger tout ce qu'il reste de framboises. Tu aimes tellement ça que tu ne peux pas t'arrêter".
Je dis non : "Je mets cette partie de côté pour ton frère."


2. Améliorer sa posture : se mettre à sa hauteur


Je l'ai déjà évoqué dans une précédente lettre.
Se mettre à genoux, à hauteur des enfants, nous aide à nous exprimer en douceur.

Nous sommes grands pour les enfants. Si nous leur exprimons un refus de notre hauteur, ils peuvent avoir peur.

La posture, comme le ton, joue beaucoup.
Et justement, cette posture, à genoux aide à mettre le ton juste.

Tu essaies ?



3. Se ressourcer : danser


En ces temps de confinement, il y a une de mes ressources préférées qui me manque : danser !
j'ai découvert la danse physio-énergétique et j'aime beaucoup !

Auparavant à Crest, j'avais suivi un cours de danse bio-dynamique, cela m'avait beaucoup plu aussi.

Avant ça, quand je travaillais en maison d'enfants, chaque midi, quelque soit le temps, je mangeais seule dehors, dans un chemin et je prenais une dizaine de minutes pour danser. Comme ça toute seule, en laissant aller mon corps.
Excellente ressource pour travailler dans un lieu aussi éprouvant émotionnellement.

Pendant le confinement, tu t'autorises à t'enfermer seul.e dans une salle chez toi pour danser, comme ça vient ?!



4. Évoluer, guérir ses blessures : dire non en paix


Différents messages sont venus répondre à mes principales interrogations au cours de ce confinement : est-ce que j'alimente ce dont je ne veux pas si je transmets l'information de son existence ? comment fais-je pour ne pas me soumettre à des règles étatiques qui me paraissent au minimum injustes ?

Jean-Jacques Crevecoeur dans sa vidéo CDL34 et Lulumineuse dans son post ici m'ont aidée à éclaircir ces points : je choisis de dire non en paix.
Je suis à un point neutre émotionnellement, je ne nourris pas ce dont je ne veux pas. Je dis non, tout simplement.
De plus, je suis en confiance que nous sommes suffisamment nombreux à dire non en paix pour que les choses s'améliorent.

Nous avons chaque jour, avec nos enfants, de nombreuses occasions de dire non en paix.

Mon ainé a des gestes brusques avec son frère, si je dis "non" en état de stress, j'alimente sa brusquerie. Si je dis non en paix, à genoux, les yeux dans les yeux, je l'aide à recevoir ce message.
J'invite à la paix, en étant en paix.

Si je ne suis pas en paix mais agacé.e alors, sauf en cas de danger bien sûr, je vais d'abord trouver les ressources en moi pour me mettre en paix avant d'intervenir.

C'est dur au début, puis ça vient, ça s'installe comme une réponse spontanée et authentique.

Également, je choisis mes "non". Je te suggère de faire l'inventaire des cas où tu dis non. Et de mesurer leur importance et pertinence.

Objectif : je choisis mes "non" et je l'ai dit en paix, tu es prêt.e ?



J'élève mon instit : la conjugaison en plus simple

Si tu enseignes bien gentiment la conjugaison, tu utilises les 3 groupes de verbes.
T'es-tu déja demandé si cela servait à quelque chose ces groupes ?
Est-ce que cela aide vraiment les enfants ?
Et même ces groupes sont-ils pertinents ? quid d'aller, offrir, du 3ème groupe : les autres !

J'ai vite abandonné ces groupes dans l'école publique où je travaillais.

J'ai réalisé que la conjugaison peut-être simplifiée si les enfants (et les adultes) ont connaissance des terminaisons possibles par personne.

Je : s, e, x, i
Tu : s, x, (rarement e)
Nous : ns, es
Vous : ez, es

Je mets à part les 3èmes personnes car contrairement à ces 4 précédentes, elles peuvent prendre une infinité de formes, je choisis de noter 3PS et 3PP (3ème personne du singulier et du pluriel).

3PS : d, a, t, e, rarement c
3PP : nt

Comme tu le vois, il y a des astuces mnémotechniques, à toi de voir à partir de quel âge tu les utilises !

Si tu es intéressé.e, envoie-moi un mail et je t'envoie le document synthétique, avec quelle terminaisons dans quels cas.



Des suggestions

un film

un livre

une méditation de 16 minutes



J'élève mon alimentation : les aliments de base pour les enfants

Anthony William a écrit cet article avec des conseils sur l'alimentation des enfants.

D'après lui, les aliments essentiels pour la santé des enfants sont :
bananes, fruits rouges, pommes, poires, patates douces, pommes de terre, courges, avocats, concombres, céleris-branches, légumes-feuilles (salade, épinard, mâche...), noix de coco...
A boire : jus de fruits frais, tisane de mélisse, eau citronnée...


Cette semaine, sur mon blog :

Tout nu !
J'accompagne son envie d'écrire
Positive attitude !
Avant de dormir, jouons, rions !
Nous prenons une tisane ensemble ?!

J'aimerais discuter avec vous, en savoir plus sur vos questionnements, situations, interrogations. Et si nous nous connaissons nous en profitons pour nous donner des nouvelles !

Tu as envie ? Clique ici pour prendre un rdv téléphonique de 30 minutes.
Emilie
Emilie Roudier
06 77 75 93 13
contact@emilieroudier.fr
Désinscription | Gérer son inscription
facebook instagram

Retrouve sur mon site mes propositions d'accompagnement

en parentalité, scolarité, orientation

MailPoet