Logo-Eleve-toi

L'hebdo pour t'élever avec les enfants !

mallow-5295520_640
Tu as reconnu cette fleur de saison ? Ces utilisations sont ici.
Bonjour à toi !,

C'est la 16ème, au menu : je me tais, il parle, j'ouvre mes yeux sur ma responsabilité, exposés à l'école et aloe vera power, bonne lecture !

Je m'élève avec les enfants : je me tais


Il arrive bien souvent que nous parlions trop. A la fois, trop de manière impulsive en réaction et non en réponse, et aussi, trop de manière mentale, un enfant ne comprend pas le langage mental des adultes, il est perdu.
Alors pour ce premier cas : chut !, j'apprends à ne pas laisser mes premières pensées chaotiques se manifester en parole.
Dans son excellentissime livre "Éduquer les enfants, s'éduquer soi-même", c'est la première chose que Naomi Aldort nous invite à faire, je l'ai résumé ainsi dans mon article sur ce livre :

Chut !

D’abord se taire pour s’observer : qu’est-ce que cela me fait ? Qu’est-ce que je pense ? De quoi ai-je besoin ? à quel moment je prendrai soin de ce besoin ? Suis-je authentique ou haut en toc (évaluer la pertinence) ? Comment serais-je sans ces pensées ?
< Observer ces pensées qui nous induisent en erreur pour retrouver notre amour inconditionnel.

Et dans le second cas, faisons plus court, quelle est l'information dont l'enfant a vraiment besoin ? ne pourrais-je pas faire passer le message simplement ? même sans paroles ? Il y a les gestes, le mime, le post-it, soyons créatifs !

Je m'élève avec les bambins : il parle avec ses mots

A 22 mois, mon bambin parle de plus en plus. C'est l'époque où seuls les parents et la fratrie sont détenteurs du décodeur. Il dit "hou" pour une voiture, "mené mené" pour un chat, "rrrr" pour un chien, "psitt" pour pipi, "y yé ya" pour il est là. En fait, pour l'instant, seuls les mots "maman", "papa" et "caca" correspondent à notre langue.
Si nous y prêtons attention c'est hyper puissant ce qu'il se passe à cet âge avec la construction du langage. Par exemple, il a vu un chat installé sous une voiture, il a dit "mené mené hou" c'est une phrase ! Puis il l'a répétée plusieurs fois dans les heures suivantes en se rappelant la scène.
Quand il voit plusieurs chats, il dit "yen a", "yen a" autant de fois qu'il y a de chats. Il commence à compter !
J'adore observer cette construction et fais de mon mieux pour ne pas nuire. J’acquiesce, et je reformule à ma manière.
Jamais je ne cherche à lui faire dire les mots "justes".
Jamais je ne le reprends. Je montre de l’intérêt et je reformule à ma manière si c’est pertinent, c'est tout.
Ceci est vrai à 22 mois comme à 5ans et demi.


Je m'élève moi-même : c'est pas ma faute à moi !

Proposition d'introspection : en quoi je mets la faute sur les autres, sur l'extérieur, sur les conditions ?
Je vis cette situation pénible à cause de... autre chose que mes propres croyances ou mes propres choix.
Bip bip erreur !
Nous sommes maîtres de chacune de nos situations pénibles. Soit nous pouvons changer la situation en posant des décisions, des actes, soit nous pouvons changer notre manière de percevoir la situation.

Pour cette semaine, je te propose de mettre de la lumière sur tes pensées et paroles qui traduisent une déresponsabilisation, c'est la faute de ! Et de remplacer par "ma responsabilité dans cette situation est..."

Si apparaissent des "non mais c'est pas de ma faute si ceci ou cela", alors c'est que tu as bien enraciné la pratique et que tu peux te munir de ton pied de biche pour la déloger !

En particulier, tu as forcément ta part de responsabilité dans les situations difficiles avec tes enfants. Et ce n’est pas le moment de culpabiliser mais de s'élever !




J'élève mon instit : un extrait de mon témoignage d'instit dans le public

Exposés

En conseil, chacun pouvait proposer un sujet d’exposé, si celui-ci retenait l’attention du groupe, l’enfant recueillait les questions, fixait une date, trouvait éventuellement un camarade pour effectuer le travail avec lui. Régulièrement, un ou deux enfants présentaient un exposé à la classe. Le groupe répondait ensuite à trois questions : l’exposé m’a-t-il appris des choses ? les documents étaient-ils visibles et intéressants ? les enfants se sont-ils exprimés de manière claire et audible ? Des conseils, des stratégies apparaissaient et enrichissaient la pratique de tous. Comme pour les lectures, le groupe évaluait le niveau de l’exposé et applaudissait.
Grâce à ses exposés et aux débriefings, les enfants ont pu acquérir des compétences très importantes pour s’exprimer devant un groupe (voix, gestes, rythmes, aisance…) et pour préparer un travail sur un sujet (cibler des questions, trouver et trier les informations…).
Bien sûr, les nombreux exposés sur les engins agricoles, les animaux de tous milieux ne semblent pas apporter de connaissances attendues par le programme (ni par les parents !) mais c’est bien les compétences développées à ce moment qui étaient primordiales, et pas uniquement dans le parcours scolaire mais aussi dans l’épanouissement personnel.

Quentin, introverti, sûr de son ignorance et de sa nullité scolaire, a fait un exposé sur les vaches. Son père est agriculteur, il l’adore et passe beaucoup de temps à l’aider. Le papa ; lui-même ancien mauvais élève, a pu aider son fils à préparer son intervention. Quentin a montré des photos de lui, son papa et leurs plus belles bêtes. Ses photos ont suscité l’admiration des autres et sont restées longtemps dans la classe. Quentin n’était plus « bon à rien », il avait pu montrer (aux autres et surtout à lui-même) qu’il avait de nombreuses connaissances et savoir-faire. Aidé par l’ensemble du fonctionnement, il est devenu en deux années un élève populaire, reconnu, responsable et de confiance. Personne n’animait mieux que lui le conseil. Il est passé en sixième « classique ».
Steeve, en retard de deux ans, incapable de faire les mêmes exercices que les autres dans un fonctionnement traditionnel, a travaillé toute l’année qu’il a passé dans ma classe. Même s’il n’a pas réussi à terminer tous les exposés qu’il pensait pouvoir faire, il recherchait des renseignements, les écrivait. Le groupe faisait de son mieux pour se montrer bienveillant quand il intervenait, ne le blâmant pas pour ses lourdeurs d’élocution et l’encourageant dans ses progrès. Il est ressorti de ma classe avec une lueur dans le regard qu’il n’avait pas en arrivant.
……
Mon témoignage complet ici.



J'élève mon corps : l'aloé vera

Avec une tranche d'aloe vera, deux utilisations :

L'aloe vera est excellente pour la peau, tu prends les deux morceaux de peau de ta tranche et tu les étales sur ton visage, ton cou et autre si tu as envie. Au début, la texture peut être surprenante. Si la peau "tire" c'est qu'il faut en ajouter !
La personne qui m'a partagé cette info a une peau de bébé à 60 ans !

Tu ajoutes la pulpe à ton jus ou smoothie.
J'adore avec une orange et de l'eau de coco.
Dans le smoothie, ça fait un aspect mousseux.
Pour les vertus, c'est ici :
https://www.medicalmedium.com/blog/aloe-vera

ami tome 1
L'as-tu téléchargé ?

Ma prise de conscience pour mon activité

C'est parti, passage à l'action ! J'ai fait le choix de suivre une formation pendant 3 mois pour mettre au point une offre lumineuse avec un travail sur les plans physique, émotionnel, mental et spirituel, pour contribuer à plus d'harmonie dans les familles !
Emilie
Emilie Roudier
06 77 75 93 13
contact@emilieroudier.fr
Désinscription | Gérer son inscription
facebook instagram
MailPoet